501-503 RCC

 

501e -503e (1) régiment de chars de combat

(1) Nota le 503e a été dissous en 2009. Le régiment s'intitule désormais 501e RCC. 

 




 

 

 

Historique du 501e régiment de chars de combat

logo_du_501rcc.jpg

Le 501e régiment de chars de combat est le l’héritier du 501e régiment d’artillerie spéciale crée en 1918 à partir des unités de chars ayant participé à la première offensive des chars à Berry au Bac dans l’Aisne. Il est ainsi surnommé le « 1er des chars ». Il reçoit la fourragère aux couleurs de la croix de guerre (olives 1914-18 et 1939-45). Pendant la seconde guerre mondiale, il participe dès les débuts à l’aventure des français libres, de Londres en Afrique (Nigéria, Gabon, Tchad) et aux combats d’El Alamein sous la 8e armée de Montgomery. Il est placé le 1er juillet 1943 sous les ordres du général Leclerc. Au sein de la 2e DB, il débarque le 1er août 1944 en Normandie et marchera victorieusement jusqu’à Berchtesgaden, marche jalonnée par la libération de Paris, puis celle de Strasbourg. Il reçoit du commandement américain la «Presidential Unit Citation ». Il recevra la fourragère des compagnons de la Libération.
 










etendard 501Le régiment participe à la Guerre du Golfe en 1991 puis expérimente le char Leclerc en 1993 avant de partir en mission pour l’entrée au Kosovo avec ses équipages sur chars. Professionnalisé tôt, il a servi dès 1983 au Liban. D’autres missions suivront jusqu’à aujourd’hui : Liban en char Leclerc, Côte d’Ivoire Tchad et Sénégal en ERC90 Sagaie, Afghanistan en AMX10RC, Nouvelle Calédonie, Guyane, etc. en format Missions Communes de l’Armée de Terre. Le régiment est actuellement en garnison, les dernières unités étant rentrées en septembre 2012 de Guadeloupe, en décembre du Sénégal et d’Afghanistan. Appartenant à la cavalerie blindée, il est spécialiste du combat embarqué.

 

Textes et illustrations Cellule communication du 501 RCC.

Maj janvier 2013

 

 

 

501e-503e régiment de chars de combat
Quartier Delestraint
51401 Mourmelon cedex
 
 
Pour en savoir plus, consulter le site du ministère de la Défense